J'ai tendance à chiner à la hauteur de mes compétences. Culinaires j'entends.

Cela explique donc certainement mon amour inconditionnel pour ... le coquetier.

coquetiers_001

Je les entasse, les amasse, aucun ne m'échappe.
Mais avec ma seule bouche à nourrir, autant dire que le tour de roulement
s'allonge au fil du temps.
J'en ai tellement que je n'arrive plus à les empiler. Tellement que leur seul salut serait d'aller se faire cuire un oeuf chez leurs futurs acheteurs !

Pour un peu, je pourrais dire que la prolifération des coquetiers m'a donné l'envie d'être brocanteur.

coquetiers_004

Mais de la poule ou de l'oeuf on n'a toujours pas trouvé qui venait en premier

...